LE CRÉDIT IMPÔT RECHERCHE MAÎTRISÉ

Newsletter n°2 NÉVA janvier 2018



Les Crédits d’impôt indispensables au développement des jeux vidéo français

Par Larry Perlade

Souvent vanté pour son savoir-faire, le monde vidéo-ludique français se remet de la crise de 2014 et manifeste un dynamisme intéressant. Selon les chiffres du baromètre des jeux vidéo 2017 édités par le SNJV (Syndicat National des Jeux video) et iDate, le secteur devrait créer plus de 1300 emplois équivalent temps plein en 2018 (pour un secteur qui en compte 1898 en 2017 après l’hémorragie de 2014 ; avant la crise le secteur employait 5000 personnes). Parmi les principaux outils de financement public des studios de développement de jeux vidéo se trouvent les crédits d’impôt. Et si l’on pense bien entendu au Crédit d’Impôt Jeu Vidéo, le CIJV, le classique Crédit Impôt Recherche (CIR) a aussi sa place et à parts égales (19 % chacun pour les sources de financement). Encore relativement méconnu des acteurs du secteur, il leur est pourtant largement accessible en particulier dans un domaine où les innovations technologiques (progrès de la motion capture, réalité augmentée, virtuelle ou mixte, jeux immersifs sonores, etc.) sont souvent la clé pour se démarquer de la concurrence.
Pour en savoir plus :

– le baromètre du jeu vidéo en France 2017 à télécharger : http://snjv.org/wp-content/uploads/2017/11/SNJV_barometre_2017_18.pdf

– le panorama du jeu vidéo selon le Ministère de la Culture :
http://www.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/Jeu-video-un-secteur-en-pleine-croissance

Newsletter n°1 NÉVA janvier 2018



Capture d’écran 2018-01-10 à 14.47.40

Le CES, une occasion en or pour la French Tech de montrer ses capacités d’innovations aux USA


Par Larry Perlade




Comme tous les ans, en ce début janvier, le cœur de l’innovation high-tech bat à Las Vegas, lors du CES, du 8 au 12 janvier. Evénement très américano-américain à l’origine, le CES (Consumer Electronic Show) est l’occasion depuis quelques années pour les startups et sociétés innovantes du monde entier, et françaises en particulier, de se mettre en avant sur le marché transatlantique. Cette année, 335 entreprises françaises vont porter haut les couleurs de l’innovation française, dont 25 start-up sélectionnées par Business France pour représenter la French Tech. Le point commun à toutes ces sociétés ? Elles viennent toutes chercher de la visibilité sur le marché américain, à l’image de Glowbl, spécialiste de la vidéoconférence, de la téléformation et des webinars. « Pour la 1re fois, Glowbl va participer au CES de Las Vegas, rendez-vous mondial incontournable de la high-tech. L’opportunité pour nous de poursuivre notre développement, gagner en visibilité et dévoiler un tout nouvel usage, le WeShopping. Nous sommes fiers d’intégrer la délégation française de la French Tech et de pouvoir ainsi rencontrer de nouveaux partenaires, distributeurs et investisseurs, » affirme Laurent Souloumiac, son directeur général.

Autre point commun à ces 335 sociétés Tech françaises : elles bénéficient toutes, ou ont toutes bénéficié, à un moment ou à un autre depuis leur création, de cette spécificité française indispensable et incontournable qu’est le Crédit Impôt Recherche, le CIR.

Le CIR pallie un accès aux capitaux privés plus difficile qu’aux USA

À la différence des États-Unis, où le financement des entreprises innovantes repose avant tout sur des capitaux privés et sur une dynamique très forte de business angels, l’accès au capital privé en France est plus compliqué et le financement des entreprises Tech passe nécessairement par des aides publiques. Avec les nouvelles mesures mises en place par le gouvernement depuis l’arrivée du Président Macron, la France se dote d’un environnement social et économique plus propice à l’innovation et à l’emploi, et c’est un véritable cercle vertueux que nous commençons à observer. Les deux piliers publics « institutionnels » que sont le CIR d’une part, et une Banque Publique d’Investissement modernisée, BPI France, d’autre part, jouent leur rôle à plein, et voient enfin leurs efforts relayés par des initiatives privées de grande envergure, parmi lesquelles il faut bien entendu citer en tout premier lieu la Station F, le plus grand campus de start-ups au monde.
C’est vrai, la Startup Nation qu’est la France est encore très dépendante des fonds et des politiques publiques, mais que nos jeunes pousses se consolent : ce soutien public, qui est peut-être la marque de notre « exception française », a au moins un avantage notaire pour elles : il évite souvent une dilution de leur capital trop violente ou trop précoce.


Avec le départ du Royaume-Uni, la France a une carte à jouer comme tête de pont européenne
Cette présence forte de la France au CES est également l’occasion d’inciter les entreprises américaines à investir en France, en particulier grâce à la forte attractivité du CIR. Avec notre bureau de New-York, qui travaille main dans la main avec Business France pour accompagner les sociétés américaines dans leurs projets d’implantation en France, en particulier lorsque l’implantation de laboratoires de R & D est à l’ordre du jour, nous sentons depuis quelques mois un intérêt grandissant pour la France.

Si traditionnellement l’Angleterre était souvent, pour des raisons culturelles et linguistiques évidentes, le premier pays cible pour une entreprise américaine désireuse de s’installer en Europe, la situation évolue depuis l’annonce du Brexit. La France, avec ses écoles d’ingénieurs de tout premier plan, reconnues dans le monde entier, dispose de nombreux atouts dans le monde HiTech. Jusqu’à récemment la politique sociale et fiscale française était encore un frein. L’assouplissement du marché du travail grâce aux ordonnances Macron est, en ce sens, un excellent signal, qui ne pourra que rassurer les entreprises américaines. La sanctuarisation du CIR confirmée par le gouvernement, et son déplafonnement évoqué par Bruno Le Maire, sont d’autres signaux très positifs allant dans la sens d’une plus grande attractivité de la France, en particulier auprès des acteurs de la Tech américaine dans le contexte du Brexit.

Voeux 2017

Meilleurs Voeux de NÉVA